Langues

Dieter Hallervorden, comédien et humoriste allemand

Français

Je n'ai pas encore eu de prix de l’engagement, mais j’y travaille !

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Dieter Hallervorden, je suis comédien, j’ai joué aussi dans un film « Sa dernière course » qui est passé dernièrement à la télé sur arte.

Vous vouliez déjà devenir comédien quand vous étiez petit ?

Autographe de Dieter Hallervorden Non, pas du tout. J’ai étudié les langues romanes, entre autre le français, et c’est à 22 ans que j’ai décidé de changer de voie. Ce n’est pas évident cette envie d’être comédien car on est toujours dépendant de l’amour du public. On ne sait jamais quand on débute, si ce désir d’être aimé et connu, va se réaliser.

Une île en Bretagne

Qu’est-ce que c’est pour vous l’engagement ?

L’engagement, ça touche à tout ce qui est humain. C’est s’intéresser à la vie des aux autres, et c’est ce que je fais.

Mais d’un autre côté, vous avez un métier qui fait qu’on s’intéresse à vous, non ?

La différence, c’est que si je désire être seul et qu’on ne s’intéresse pas à moi, je vais en France où personne ne me connait, en Bretagne.

Est-ce qu’il y a une forme d’engagement que vous pouvez vous imaginer ?

Oui, l’engagement pour les enfants parce que c’est le maillon le plus fragile de la société.

Est-ce que vous-même, vous vous engagez ?

 Dieter Hallervorden avec les Grands méchants loupsC’est difficile à dire parce que je soutiens deux théâtres à Berlin, j’ai réouvert l’un des deux qui était fermé, je l’ai rénové, j’ai même investi toutes mes économies pour le rouvrir. C’était un engagement assez difficile parce que le théâtre avait été longtemps fermé. Et c’est une chose qui me tient toujours très à cœur.

Qu’est-ce que vous diriez aux gens qui ne s’engagent pas ou qui ne savent pas dans quoi s’engager ?

Je crois que s’intéresser aux autres, c’est une question de conscience et d’éducation. Si on est mal éduqué, on va peut-être s’intéresser au vin, à la bière, ou à des choses que l’on peut avoir partout, mais ce ne sont pas des valeurs vraiment appréciables.

Est-ce que vous aussi, vous avez déjà eu un prix de l’engagement ?

Pour l’engagement non, mais pour mon métier oui. Plusieurs fois, mais pour l’engagement pas encore, mais j’y travaille !


Interview : Dagmara, Emil, Natalia et Rosalie
Dessins : Anissa
Texte, dessins et photos © Grand méchant loup | Böser Wolf 2015
photo © Marc Darchinger
 

Commentaires

Ajouter un commentaire