C'est vraiment super, Berlin vu d'en haut

Une interview avec Steffi Loharens, ramoneuse de profession

 

Steffi travaille comme ramoneuse depuis 2001. Elle a fait un apprentissage de trois ans et est maintenant compagnon-ramoneur. En Allemagne, les ramoneurs ont un équipement spécial

(haut-de-forme noir, pantalon noir, veste noire, balai, échelle).

Et on dit qu'ils portent bonheur !

          Ramoneur, un métier d'homme ? >>>

          Que fait un ramoneur ? >>>

          Les outils de travail >>>

          On se salit beaucoup ? >>>

          Des situations bizarres >>>

         Porte-bonheur >>>

Ramoneur, un métier d'homme ?

Comment vous est venue l'idée de devenir ramoneuse ?

Mon père est ramoneur. Il m'emmenait de temps en temps avec lui sur les toits et ça me fascinait toujours beaucoup. C'est pour ça que j'ai appris ce métier. Et j'en suis très contente.

Le métier de ramoneur, c'est plutôt un métier d'homme, non ?

Oui, je crois qu'il y a seulement dix pour cent de femmes. Certains disent : „ Ramoner ? Les femmes n'en sont pas capables ! Hey la jeunette, fais plutôt quelque chose de convenable ! “ Ça, ça existe encore, il faut apprendre à faire avec. Mais, à vrai dire, la plupart sont contents. Quand femmes et hommes travaillent ensemble, c'est relativement détendu.

Et entre-temps, il y a de plus en plus de femmes ?

Oui, parce que le métier a changé. Ce n'est plus aussi fatigant pour le corps qu'autrefois, quand on allait ramoner tous les jours.

On s'est déjà moqué de vous quand vous êtes toute sale ?

Il y en a certains qui pensent : " Déjà que c'est une femme et si en plus elle est sale, à quoi ça ressemble ! " Alors je leur dis : On peut se laver “. Ce n'est pas le problème !

 

Que fait un ramoneur ?

Vous avez plus de travail l'hiver que l'été ?

Non. On nettoie aussi un peu les conduits de cheminées l'été, mais il y a aussi d'autres tâches à remplir. On fait tout au long de l'année le contrôle des chaudières.

Qu'est-ce que vous contrôlez ?

Ici, par exemple, vous avez un chauffage au gaz que je viens contrôler tous les ans. Je vérifie les émissions de gaz pour voir si elles ne sont pas toxiques. C'est très important pour l'environnement mais aussi pour que rien de grave ne vous arrive.

Et vous nettoyez aussi la cheminée ?

La cheminée, elle aussi, doit être contrôlée chaque année. Pour ça, on utilise une boule ou un „hérisson“ [une brosse en acier], qu'on laisse descendre à l'aide d'une perche dans la cheminée pour vérifier que rien ne la bouche. C'est très important pour que les gaz toxiques puissent vraiment se dégager. Si jamais il y avait une pierre ou autre chose dans le conduit, les gaz se répandraient ici dans la pièce. Et ça pourrait être tellement dangereux que vous pourriez en mourir. C'est donc pour ça qu'il faut absolument faire un contrôle.

Vous travaillez jusqu'à quelle heure ? L'hiver, il fait nuit de bonne heure !

En général, on commence à travailler très tôt, vers 5h et demie du matin, pour terminer vers les 2h et demie.

 

C'est un métier dangereux ?

Non. Evidemment, c'est dangereux d'être sur le toit parce qu'on se déplace sans être attaché. Il faut savoir estimer le danger. Et ne pas avoir le vertige, c'est clair.

Vous passez par l'intérieur des maisons pour aller sur les toits ?

Exactement. On monte l'escalier jusque tout en haut. Là il y a le grenier et une lucarne par laquelle on peut sortir. On n'y accède par une échelle, on l'ouvre et on monte sur le toit sur lequel on peut marcher. C'est vraiment très beau.

 

Mais comment vous arrivez à tenir debout sur un toit ?

Il existe une sorte de planche sur laquelle on peut marcher. Il faut bien sûr faire attention et s'entraîner. Il existe aussi des toits qui ne sont pas très pointus, ou même des toits plats. Là, on peut vraiment bien marcher.

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur les toits dans le quarber de Schöneberg à Berlin, pas très loin du Grand méchant loup (Photos de Steffi)

C'est beau sur les toits ?

Oui. Oui, on peut voir plein de choses et très loin. C'est vraiment super, Berlin d'en haut.

Vous vous déplacez à pied pour aller chez les gens ?

Oui, à pied ou à vélo.

 

Les outils de travail

Vous avez besoin de quels outils pour ramoner ?

On a un balai et une brosse en acier très lourde qu'on met sur une perche. C'est avec ça que je vais ramoner. On a besoin d'une pince et d'un tourne-vis. De quoi encore ? Ah, une lampe de poche au cas où il ferait trop sombre. Et aussi d'un miroir pour pouvoir regarder d'en bas de la cheminée s'il n'y a rien à l'intérieur. On a besoin de pas mal d'outils qu'on porte tous les jours avec soi.

                                          

Ce n'est pas trop lourd ?

Si, c'est lourd mais on s'habitue. Et on laisse la plupart des outils  dans le grenier. Ce serait trop dangereux d'aller ramoner avec des objets qui pourraient tomber de nos poches. Si quelque chose tombait sur la tête de quelqu'un en bas, ce serait évidemment très dangereux.  On n'emmène vraiment que le balai, la brosse et la perche.

 

Ça salit beaucoup ?

Et vous êtes habillée comme maintenant ?

Ça, ce sont mes habits pour aller contrôler les chaudières. Quand je vais ramoner, je mets mes vrais vêtements de ramoneur, ils sont un peu sales parce que la suie, c'est agressif et gras.

On se salit vraiment beaucoup ?

Quand on va vraiment ramoner , on se salit vraiment. On a les mains noires et le visage noir. Alors après, il faut se laver en conséquence.

C'est difficile de tout enlever ?

Oui. Parfois la saleté pénètre carrèment dans la peau. Ça dure un peu avant de redevenir propre.

Vous utilisez des produits spéciaux ?

Il existe des pâtes nettoyantes qu'il faut vraiment étaler sur les mains et le visage pour pouvoir enlever la suie.

Pourquoi les ramoneurs allemands portent-ils un haut-de-forme?

C'est, à vrai dire, pour protéger les cheveux. Seuls les maîtres-ramoneurs sont autorisés à le porter. Moi, je porte un bonnet tant que je suis compagnon.

 

Des situations bizarres

Vous vous êtes déjà trouvée dans des situations bizarres ?

Parfois, on trouve des choses bizarres dans la cheminée. Une fois, elle était remplie de bouteilles d'eau-de-vie et on ne savait pas d'où elles venaient.  Ou ce qu'est drôle aussi : Il y a des gens qui prennent leur clapet de cheminée (petite porte dans le conduit) comme cachette. Ils se disent : " Personne ne viendra fouiller ici. "  Mais nous, on ouvre aussi ces petites portes, on voit tout, on remet tout à sa place et on fait comme si on avait rien vu.

Et qu'est-ce que vous trouvez ?

Ce sont souvent des petites boîtes, mais moi, je ne regarde pas à l'intérieur. Ce n'est pas quelque chose que je fais.

      

   In Berlin-Schöneberg: hinten steht ein Gasometer        Coucher de soleil pris du haut du gazomètre

Porte-bonheur

Pourquoi dit-on en Allemagne que ça porte bonheur de toucher un ramoneur ?

Ça remonte à très longtemps. Saint Florian est notre saint patron. Il est là pour protéger la maison du feu. Et le ramoneur était là aussi pour ça autrefois : il nettoyait le conduit de la cheminée pour que le feu ne prenne pas à l'intérieur. C'est pour ça qu'on dit que le ramoneur porte bonheur : il éloigne l'incendie de la maison.

Vous portez aussi bonheur quand vous êtes propre ou seulement quand vous êtes pleine de suie ?

Je porte bonheur même quand je ne suis pas pleine de suie, bien sûr ! (rires)

 

 

Si tu veux en savoir plus sur les " Ramoneurs comme

porte-bonheur, clique ici >>>

 

 

 

 

 


Interview: Chloé, Emmanuelle, Sophie et Zoë

Photos prises des toits : Steffi Loharens

Dessins: Sophie et Alina

Textes, Dessin et Photos: © Grand Méchant Loup - eEducation Masterplan Projekt

- Décembre 2010